La citoyenneté

 
   
 

 
 
2020-06-18 18:18:19Z    
 
 
   


Organisation Internationale des Diplômés d'Al-Azhar


La citoyenneté

Par 
Professeur/ Abdel Fattah Al-Awari
Doyen de la Faculté des Fondements de la Religion
Traduit par 
Professeur/ Oussama Nabil
Ex. directeur général de l'Observatoire d'Al-Azhar



Au Nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux
La citoyenneté 
Le concept authentique  du terme citoyenneté
La citoyenneté consiste à ce que le citoyen aime sa patrie et la défend. 
La citoyenneté: est une interaction entre le citoyen et la patrie où il vit et à laquelle il appartient. Ceci exige que l'appartenance du citoyen, sa loyauté et son amour soient à la patrie à laquelle il appartient et la défend. 
L'amour de l'homme pour sa patrie est un amour naturel, né avec  l'homme jouissant du bon sens. Dans un adage, on a dit: "l'amour des patries fait partie  de la foi". On a dit, aussi: "si vous voulez connaître la fidélité d'un homme, observez sa nostalgie à sa patrie."
Les législations  divines confirment ce noble sens de la citoyenneté, incitent à l'amour des patries et tiennent à les défendre. Aussi, elles ont prescrit le djihad défensif de la patrie et considèrent comme martyr celui qui meurt en défendant sa patrie et son pays. 
Da sa part, le noble Coran souligne l'amour du citoyen pour sa patrie et montre que l'expulsion des pays correspond au meurtre qui supprime l'homme du nombre des vivants. Allah, le Très-Haut, dit dans sourate les Femmes, verset 66:
"Si Nous leur avions prescrit ceci: « Tuez-vous vous-mêmes », ou: « Sortez de vos demeures », ils ne l'auraient pas fait, sauf un petit nombre d'entre eux. S'ils avaient fait ce à quoi on les exhortait, cela aurait été certainement meilleur pour eux, et (leur foi) aurait été plus affermie."
Les engagements, qu'Allah a pris sur Fils d'Israël, affirment ce sens. Je veux dire que l'expulsion des pays et la privation d'une patrie égalent au versement du sang et à la privation de la vie. A ce propos, Allah, le Tout Puissant, dit dans sourate la Vache, versets: 84-85:
"Et rappelez-vous, lorsque Nous obtînmes de vous l'engagement de ne pas vous verser le sang, [par le meurtre] de ne pas vous expulser les uns les autres de vos maisons. Puis vous y avez souscrit avec votre propre témoignage." 84
 "Quoique ainsi engagés, voilà que vous vous entretuez, que vous expulsez de leurs maisons une partie d'entre vous contre qui vous prêtez main forte par péché et agression. Mais quelle contradiction ! Si vos coreligionnaires vous viennent captifs vous les rançonnez alors qu'il vous était interdit de les expulser (de chez eux). Croyez-vous donc en une partie du Livre et rejetez-vous le reste ? Ceux d'entre vous qui agissent de la sorte ne méritent que l'ignominie dans cette vie, et au Jour de la Résurrection ils seront refoulés au plus dur châtiment, et Allah n'est pas inattentif à ce que vous faites." 85.
D'ailleurs, le messager d'Allah, que la prière et les bénédictions d'Allah lui soient accordées, nous a enseigné l'amour du citoyen pour sa patrie lors de son émigration à Yathrib  (Médine), qui a resplendi et rayonné grâce à sa venue, affirmant son amour pour La Mecque. A ce sujet, Abdullah ben Uday ben Hamra a rapporté qu'il a vu le messager d'Allah, que la prière et les bénédictions d'Allah lui soient accordées, débout sur al-Hazwarah disant : "Par Allah, tu es le meilleur territoire et le plus préféré à Allah. Si on ne m'avait pas contraint à te quitter, je ne t'aurais jamais quitté."
Au sujet de l'amour du Prophète pour La Mecque, Ibn Abbas, qu'Allah l'agrée, a rapporté que le messager d'Allah, que la prière et les bénédictions d'Allah lui soient accordées, a dit: " tu es le meilleur territoire et le plus préféré à moi, Si on ne m'avait pas contraint à te quitter, je ne t'aurais jamais habité un autre pays que toi." 
Cette relation entre l'homme et sa patrie, représentée dans son appartenance, son amour et sa défense, existe à toutes les époques et entre tous les peuples. Dans les cultures et les littératures des peuples, des sociétés existe un grand espace à travers lequel les peuples et les sociétés ont exprimé leur amour et leur passion pour leurs propres pays et patries, leur attachement aux territoires où ils ont grandi et été élevés. Beaucoup de chefs-d'œuvre glorifient la fidélité des gens à leurs propres pays et  leur disposition à mourir pour défendre les libertés et la dignité de leur patrie. Des chants et des slogans nationaux ont contribué à unifier les citoyens pour défendre leurs pays en temps de guerres. En vue d'approfondir l'esprit de nationalisme, les peuples tiennent à commémorer les souvenirs, les traditions, enseigner aux étudiants l'amour de leurs propres pays, apprécier leurs héros  et symboles nationaux comme: le drapeau de la patrie, les attractions et les monuments nationaux.    
 Chez les Arabes, ces tendances existent depuis longtemps. Leur poésie chantait les patries et leur nostalgie. Les Arabes se vantaient entre eux  de leur patrie. On en cite, à titre d'exemple, la poésie d'Ibn Al-Roumi (283 H.) qui fait allusion à l'amour des gens pour les patries:
Ce qui a attiré les hommes à leur patrie, ce sont les souvenirs de la jeunesse,
Lorsqu'ils en parlent, ils se souviennent des époques de l'enfance et ont une nostalgie pour la patrie.
Lorsque les Arabes voyageaient, ils portaient sur eux de la terre pour en inspirer l'odeur et la mettre dans l'eau lorsqu'ils en buvaient.  
La citoyenneté signifie l'égalité des droits de tous les citoyens : 
Le principe de la citoyenneté doit être appliqué à tous les citoyens qui vivent sur le même sol sans distinction. Il exige d'établir l'égalité entre eux quant aux droits émanant de l'appartenance nationale en tant que base où s'intègrent les droits de l'homme et s'appliquent les versets qui établissent l'égalité entre les individus d'un seul peuple et d'une seule patrie.  
Le messager d'Allah, que la prière et les bénédictions d'Allah lui soient accordées, donna un exemple de partenariat complet et  de contrat entre les individus de la même communauté dans le hadith suivant:  "Les personnes qui commettent les actions de mal et celles qui s'en abstiennent sont comparables à deux groupes de gens montés sur un même bateau, les uns dans la cale et les autres sur le pont. Un jour ceux qui sont dans la cale décident de ne plus passer par le pont pour aller prendre l'eau (de la rivière ou de la mer) pour leurs besoins, et de percer la coque du navire pour la recueillir directement ainsi. Lorsque les gens séjournant sur le pont les voient commencer à faire cela, ils ont deux possibilités : soit ils leur expliquent et tous resteront sains et saufs, soit ils ne leur disent rien [en pensant : "Ils font ce qu'ils veulent"], et tous périront noyés." 
Suite à l'arrivée du messager d'Allah, que la prière et les bénédictions d'Allah lui soient accordées, à Médine, il a mis en place une constitution dans laquelle il détermine les relations des musulmans entre eux-mêmes et les relations entre les musulmans et les non-musulmans. Cette constitution est connue sous le nom de document de Médine. Dans cette charte, les dimensions de l'égalité atteignent son apogée au point que le messager d'Allah, que la prière et les bénédictions d'Allah lui soient accordées,  a mentionné dans son pacte aux chrétiens de Najran l'aide de l'Etat musulman en cas de besoin pour construire et restaurer leurs lieux de culte: "Si les chrétiens viennent à avoir besoin de secours et de l’appui des musulmans pour réparer leurs églises et leurs couvents, ou bien pour arranger leurs affaires et les choses de leur religion, ceux-ci devront les aider et les soutenir. Mais ils ne doivent pas faire cela dans le but d’en recevoir rétribution, mais par aide charitable pour restaurer cette religion, par fidélité au pacte de l’envoyé d'Allah, par pure donation, et comme acte méritoire devant Dieu et Son Messager."
 Au sujet des questions financières et économiques comme al-Khriaj et les impôts, le pacte que le messager d'Allah, que la prière et les bénédictions d'Allah lui soient accordées,  a accordé aux chrétiens stipule ce qui suit: 
"Pas d’impôt foncier avec capitation, si ce n’est à ceux qui possèdent des terres, comme tous les occupants d’héritages sur lesquels le sultan exerce un droit : ils paieront des impôts dans la mesure ou les autres les payent, sans toutefois que les charges excédent injustement la mesure de leurs moyens, et les forces que les propriétaires dépensent à cultiver ces terres, à les rendre fertiles, et à en tirer les récoltes : qu’ils ne soient pas abusivement taxés, mais qu’ils payent dans la mesure imposée aux autres tributaires leurs pareils."
Tous les droits de l'égalité dans la citoyenneté que l'Islam a décrétés en faveur des non-musulmans dans l'Etat musulman en vertu du principe: "ils les mêmes droits et les mêmes devoirs des musulmans", à savoir la préservation de l'âme, du sang, de l'honneur, des lieux de cultes et des libertés en échange de la  loyauté absolue pour la patrie, l'appartenance pure à la société, l'Etat et la Umma.  Ce sont des devoirs qui incombent à tous les citoyens qu'ils soient musulmans ou non-musulmans. A ce propos, le messager d'Allah, que la prière et les bénédictions d'Allah lui soient accordées, précise: 
"Je leur fais aussi des conditions et j’exige d’eux la promesse de les accomplir et d’y satisfaire comme le leur ordonne leur religion. Entre autres choses, qu’aucun d’eux ne soit éclaireur ou espion, ni secrètement ni ouvertement, au profit d’un ennemi de guerre, contre un musulman. Que personne d’entre eux ne loge les ennemis des musulmans dans sa maison, d’où ils pourraient attendre l’occasion de s’élancer à l’attaque. Que ces ennemis ne fassent point halte dans leurs régions, ni dans leurs villages ni dans leurs oratoires, ni dans quelque lieu appartenant à leurs coreligionnaires. Qu’ils ne prêtent point appui aux ennemis de guerre contre les musulmans, en leur fournissant des armes, ou des chevaux ou des hommes ou quoi que ce soit, ou en leur donnant de bons traitements. Ils doivent héberger trois jours et trois nuits ceux des musulmans qui font halte chez eux, avec leurs bêtes, et leur offrir partout où ils se trouvent et partout où ils vont la même nourriture dont ils vivent eux-mêmes, sans toutefois être obligés de supporter d’autres charges gênantes et onéreuses. S’il arrive qu’un musulman ait besoin de se cacher dans leurs demeures, ou dans leurs oratoires, ils doivent lui donner l’hospitalité, lui prêté appui, et lui fournir de leur nourriture tout le temps qu’il sera chez eux, s’efforçant de le tenir caché, de ne point permettre à l’ennemi de le découvrir, et pourvoyant à tous ses besoins."
De même, le messager d'Allah, que la prière et les bénédictions d'Allah lui soient accordées, mentionne dans son pacte avec les chrétiens la liberté de la pratique de la religion disant:
Aucun chrétien ne sera fait musulman par force : " Et ne discutez que de la meilleure façon avec les gens du Livre, sauf ceux d'entre eux qui sont injustes. Et dites: « Nous croyons en ce qu'on a fait descendre vers nous et descendre vers vous, tandis que notre Dieu et votre Dieu est le même, et c'est à Lui que nous nous soumettons.  [29:46]. Il faut les couvrir de l’aile de la miséricorde, et repousser tout malheur qui pourrait les atteindre partout où ils se trouvent, dans quelque pays qu’ils soient. 
En effet, cette égalité complète dans les droits et les obligations de la citoyenneté leur permet d'avoir les mêmes devoirs et droits des musulmans pour devenir partenaires des musulmans. "L'Etat musulman ne se contente pas de limiter ce partenariat aux gens de Livre (juifs et chrétiens) mais il l'accorde aussi aux pratiquants des religions terrestres comme les mages et d'autres… 
Si l'Occident définit les droits de la citoyenneté au détriment de la religion, suite à la victoire de la laïcité sur l'Eglise occidentale, pour nous amener une citoyenneté laïque, alors, l'Islam a fondé les principes de la citoyenneté et la charia a prescrit ces droits et garanti sa protection pour qu'ils ne soient pas autorisés par un gouverneur et interdits par un autre." 
  

Les principes de base de la citoyenneté:
Pour que la citoyenneté porte ses fruits souhaités, il faut qu'elle réalise ses vrais ses objectis :
1-Respecter l'éthique de l'Islam, éviter les mauvaises manières, respecter les droits de l'homme et son application, à partir du droit des parents, des proches, jusqu'aux droits des voisins et des compagnons. Chaque citoyen doit exploiter d'une manière exemplaire les droits et les services d'utilité publique et œuvrer sérieusement en vue de protéger les biens et la vie des autres.
2-Respecter l'engagement et les chartes : c'est une question à laquelle le Coran a incité et souligné qu'elle est préférable au soutien de la religion. A ce sujet, Allah, le Très-Haut, dit dans sourate le Butin, verset 72: "Et s'ils vous demandent secours au nom de la religion, à vous alors de leur porter secours, mais pas contre un peuple auquel vous êtes liés par un pacte. Et Allah observe bien ce que vous œuvrez." 
3-Etablir l'équité entre tous les citoyens: c'est le socle de base. Il est évident que le socle de toutes les bases des relations entre tous les gens est l'équité. On n'y renonce jamais quelque soit la position de la haine de l'être humain à l'égard d'une autre personne. A ce propos, Allah, le Très-Haut, dit dans sourate la table servie, versets 2 et 8: "Et ne laissez pas la haine pour un peuple qui vous a obstrué la route vers la Mosquée sacrée vous inciter à transgresser. Entraidez-vous dans l'accomplissement des bonnes œuvres et de la piété et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression. Et craignez Allah, car Allah est, certes, dur en punition !"2 "Ô les croyants ! Soyez stricts (dans vos devoirs) envers Allah et (soyez) des témoins équitables. Et que la haine pour un peuple ne vous incite pas à être injustes. Pratiquez l'équité: cela est plus proche de la piété. Et craignez Allah. Car Allah est certes Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites."8
4-Aimer ta patrie et ton peuple: parmi les fondements de la citoyenneté, on cite ton amour pour ta propre patrie et  ton propre peuple. Sans doute, l'amour d'Allah, de Son messager et être loyal à leur égard est l'un des critères de la foi. Mais, cela ne signifie pas nier l'amour des autres. Lorsque le messager d'Allah est sorti de la Mecque émigrant, parce qu'elle devient un milieu refusant l'Islam et persécutant ses adeptes, il l'a regardée avec nostalgie disant: "Par Allah, je te quitterai, sachant que tu es le plus préféré à moi et le plus favori à Allah. Si on ne m'avait pas contraint à te quitter, je ne t'aurais jamais quitté." 
Lorsque les compagnons du Prophète, que la prière et les bénédictions d'Allah ont été touchés par une fièvre élevée, Bilal chantait à haute voix  deux vers en souvenir de la Mecque, sa patrie où il a grandi. Les deux vers dépeignent les émotions d'amour qu'il porte dans son cœur pour son pays, même s'il a quitté sa patrie pour l'amour d'Allah et de son Messager. 
Les exigences de la bonne citoyenneté:
-Savoir l'importance de la situation géographique de la patrie, sa place, ses potentialités, son histoire, sa personnalité distinguée, et sa politique extérieure qui jouit du respect de la communauté internationale. 
-Savoir les traits caractéristiques de la société où il vit comme : la modération, l'équilibre, le juste-milieu, la compassion, la l'affection mutuelle, l'entraide dans l'accomplissement des bonnes œuvres et de la piété. Ainsi,  le citoyen doit-t-il en être  fier.
-enraciner l'amour de la patrie dans les esprits des citoyens et le développer pour qu'ils en soient de plus en plus fiers. Chercher  à  élever son rang et à défendre sa dignité et son territoire. Ancrer l'esprit de l'appartenance à la nation arabe et musulmane et avoir la conviction de l'importance de se nouer avec le monde extérieur. 
-Promouvoir les bonnes valeurs musulmanes et sociales chez les citoyens comme la coopération mutuelle, l'honnêteté, l'intégrité et l'endurance.
-Expliquer la notion du patriotisme du point de vue musulmane et le sens de la dignité de la patrie et ce qu'elle implique au citoyen. 
-Faire connaître au citoyen ses droits et ses devoirs selon les enseignements de l'islam.
-Inciter les citoyens à œuvrer pour barrer la route à la haine, à la division, à la discorde entre les composantes de la société. 
-Mettre les citoyens en garde contre certaines notions erronées dont on se sert pour être hostile à l'Islam. 
-Former le citoyen en vue de savoir distinguer les faits des rumeurs, et vérifier la validité des informations.
-Expliquer au citoyen la fonction de différents services gouvernementaux, et son devoir solidaire et auxiliaire à l'égard de ces services. 
-Eclairer le citoyen sur les efforts de l'état dans les différents  domaines pour élever le rang de la patrie et du citoyen." 
Qu'Allah protège nos patries contre tout mal et malheur…
Que la prière et les bénédictions d'Allah soient accordées à notre maître Mohamed, à sa famille et à ses compagnons.
******